29 juin 2024

 "Ô Toulouse"



1967, personne ne se doutait que cela deviendrait l'hymne du Stade Toulousain, encore moins Nougaro qui nous a quitté il y a 20 ans ! Presque 60 ans que je vais à Wallon avec autant de ferveur, d'admiration et de bonheur dans ce club à la culture si particulière, celle du jeu à la main, celle du jeu toulousain. Des entraineurs, de grands joueurs internationaux ou pas, des figures emblématiques, et une entité unique "Les Amis du Stade Toulousain" propriétaire de cette pépite. N'oublions pas qu'Ernest Wallon, Professeur à la faculté de Droit, Président du Stade Olympien des Etudiants de Toulouse (SOET) fut le fondateur des Ponts Jumeaux ni plus ni moins. Un génie, avant gardiste, visionnaire dont le Président actuel Didier Lacroix n'est autre que la continuité du passé avec une touche moderne. Lui même le disait ce soir, "il fallait souffler sur la braise encore tiède". A croire que ça marche. Pour en arriver là, il faut des bases celle de l'école de rugby mais aussi le recrutement loco régional voir plus loin. Les éducateurs sont les anciens du club, personne d'autres, un temple fermé, recroquevillé sur son ADN depuis des décénnies. Personne n'est oublié, une grande famille ou tout le monde respecte tout le monde, du concierge au chaufeur de bus en passant par les jardiniers. Oui le Stade Toulousain c'est celà.  24 ans que j'ai signé pour apporter un autre regard sur l'Urgence "joueur" mais aussi dans les tribunes. Avec le recul, je savoure avec ce regard aimant de voir que la foi soulève des montagnes. Rouge et Noir ou Noir et Rouge, qu'importe, Stendhal disait "L'amour est la seule passion qui se paie d'une monnaie qu'elle se fabrique elle-même." Alors encore un doublé historique avec une génération dorée articulée autour d'Antoine Dupont, le meilleur une fois de plus ce soir avec Willis. Il aurait pu naître à Wallon tellement il en a les gênes. Marqueur, passeur, rien ne lui résiste dans ce rugby moderne et ce soir il a vaincu cette défaite gravée dans son coeur, celle de la coupe du Monde. Son regard en dit long car il est toujours difficile de revenir sur la terre d'une croisade perdue. Ne pas parler de Mola serait faire injure à ce garçon qui a mis du temps pour trouver ses marques. Il vit un rêve éveillé celui d'être Champion sous toutes ces formes. Un 23e Brennus, une 2e coupe d'Europe et néanmoins il parle des Crabos qui demain joueront le titre pour être Champion de France. Quand Elstadt, Faumina et Arnold traversent le globe pour être stadiste, sans parler des anciens qui sont là en tribunes, c'est une signature, que dis je un tatouage gravé dans la peau. Tous ces clubs amateurs de la région sont fiers du Grand Frère, sont heureux d'envoyer leurs pépites vers le meilleur. Rien n'est plus gratifiant pour un éducateur de savoir qu'un petit bout du Brennus est le fruit de son travail. Il ne faut pas oublier non plus que pour exister voir briller il faut des adversaires. Hier soir, Bordeaux n'était clairement pas invité à la dégustation d'un grand cru. Bru comme Marti ont cruellement compris le message. Un autre devrait aussi comprendre celà, c'est Galthié, le Columérin, dont la porte d'accès au ST a toujours été fermée sécrétant chez lui une certaine animosité contenue et cachée. Aujourd'hui, Toulouse fait mieux que l'EDF dans tous les compartiments du jeu. La soi disante galactique ligne arrière de l'UBB ne mérite pas l'estampille "Coq de France" mais tout au plus coq de Gironde. Nous ne sommes plus habitués à une telle hégémonie comme du temps de Béziers qui a dominé le rugby français avec une génération de joueurs exceptionnels et un Raoul Barrière visionnaire avant tout le monde. C'est aussi cela l'identité de Toulouse, être avant gardiste. Alors, oui, Nougaro, l'enfant de Toulouse, des Minimes, peut dormir tranquille, le Stade l'a épousé avec son hymne de la ville Rose ou les mémés aiment la castagne.

31 commentaires:

  1. NoUgaro ! Ce n'est pas le circuit auto .
    Nous ne sommes plus habitués dis-tu ? Ben non ; moi ça fait des années que je sais qui va gagner le Top 14 dès le début et comme le ST ne fait que croître, pas étonnant qu'il se retrouve où il est .
    Un mot d'abord du match d'hier : c'était pénible au bout de 25 mn, on savait que l'UBB n'avait pas les hommes pour rivaliser, pénible de voir Tameifuna souffrir autant , mettre de plus en plus de temps pour se relever . Quel calvaire !
    Alors oui bien sûr en face ça déroule puisqu'il n'y a pas d'opposant . Mais pour les spectateurs autres que Toulousains, c'était pas terrible . Il faut une opposition , j'ai préféré La Rochelle/ ST car il y a eu un vrai combat .
    Pour la suite on se demande qui va pouvoir freiner un peu ce rouleau compresseur ; d'ici que le découragement gagne aussi le spectateur . Eric Bayle d'habitude intarissable sur les exploits du ST m'a semblé plus sobre . Bref ...
    Allez on enchaîne sur le Tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nougatine, NougaYork, Nougaterie, Nougarelet ! correction faite, mon côté caché de mon autre passion l'automobile .... Oui Tameifuna et Jalibert n'auraient jamais du jouer ce match, à peine convalescent et loin des recommandations scientifiques, un pamphlet pour la Médecine du Sport, pire une boucherie et une malhonneteté institutionnalisée par des gens aux compétences de rebouteux. Pour ma part, je retiens le match contre le Leinster, pyramide de l'abnégation desoi, de l'effort, de la cohésion d'équipe et du transcendement bien plus que le match contre LR. A ce stade, ce sont des "Poilus" qui ne craignent plus grand chose. Comme l'a dit Ramos hier soir, le but c'est d'avoir plus de titres que leurs ainés ! Simple non !

      Supprimer
  2. En cernant de plus près cette finale, Bru, lors de la demià-finale, gagnée de justesse dans les arrêts de jeu avait déjà constaté que son équipe était cuite physiquement qu'il était conscient de la hauteur de la marche pour la finale compte tenu des blessés et que la préparation serait mentale. Bon d'accord, mais à ce niveau de la compétition, avec le Pr de la Performance, Mr Giroud, anciennement celui de l'EDF au passage, on se pose des questions. Puis, s'enfermer dans l'erreur de faire jouer 2 pièces soi disant maitresses fraichement blessées, c'est encore une utopie. Mais pas tant que ça quand vous n'avez pas un banc pléthorique de stars. Et c'est là ou le bas blesse le plus et qui explique la fessée reçue. De voir Tameifuna et Jalibert souffrir pour faire croire qu'ils existent sur le terrain relève de la maltraitance pure et dure. Être jusqu'au boutiste à ce point devrait faire réfléchir à l'avenir à une certaine éthique sur la santé des joueurs, àsanctionner l'incompétence professionnelle de certains médecins ou de leurs amateurismes notoires et d'avoir une grille pour établir des périodes de convalescence acceptables. C'est le rôle des commissions médicales mais aussi de Provale pour éviter de nouveaux dérapages. Une fois de plus, le carton jaune se paie cash et signe la fin des débats. Avec 59 points dans la musette, il est anecdotique de parler des coups de pieds manqués ! Et pour cause, l'addition aurait été encore plus salée. Pour une fois, l'arbitrage fût facile et non contestatble. Pour avoir été à Marseille au Vélodrome, vous resortez les oreilles fracassées car c'est une caisse de résonance. Prochaines demi-finales Lyon, Bordeaux et Marseille !

    RépondreSupprimer
  3. Un bon merci pour ta chronique retracant bien le pourquoi de cette réussite actuelle, et qui surement va durer qq années
    Mais il y a de ma part quelques objections, dont j'ai fait part par ailleurs.Pourquoi oublier dans les explications de beaucoup les 2 cartons rouges de La Rochelle?
    Le recrutement du ST? Les pièces maitresses viennent d'ailleurs et non du centre de formation, avec des exemples, pour les piliers, les frères Arnold, Roumat et Willis, et derrière, la plus grosse recrue depuis longtemps à savoir Ahki, à mes yeux, sur une saison, l'un des plus grands "12" du Monde et qq Argentins et Britanniques.
    A part ça j'aime bien le Stade Toulousain parcequ'il emmene le rugby français vers le haut, même si le selectionneur national actuel n'a pas pigé ou refuse de voir ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Georges,
      le "ailleurs" c'est "Côté Ouvert" ! Soit et d'ailleurs pas de réponse même laser ... les cartons rouges sont deux situations différentes; la première concerne la charge avec l'épaule d'Atonio sur la tête de l'adversaire, sans se plier, sans esquisser avec contact. Le règlement WR est claire : rouge, pas de circonstance atténuante. Par contre, l'adversaire aurait du sortir pour commotion cérébrale ce qui est aussi la règle qui n'a pas été respectée. la deuxième, le coup de boule sur Marchand de Wardi est inutile si minime soit-il. Là aussi le règlement fait loi. A ceci prêt qu'il y a la règle et l'esprit. Personnelement, j'aurais mis jaune à Atonio et rouge à Wardi en plus d'être international. Concernant le recrutement, quand tu regardes les autores clubs, personne ne se gène sur le nombre d'étrangers contournant par la même le règlement du Salary Cap ! Au ST, la différence vient du choix des internationaux recrutés à savoir qu'ils sont jeunes et pas de vieux briscards en fin de course, le dernier étant le 2e ligne d'Argentine des U20 ! Pour ça, Cazalbou a l'oeil et a un excellent réseau. Ahki, est un excellent centre, néo zélandais d'origine tongienne et samoane et international à VII AB. Il vient du même club de Kaino et Faumina les Blues ! Le ST a réussi cet amalgame extraordinaire de brasser des cultures et de les fédérer derrière le jeu de mains toulousain. Je pense enfin qu'actuellement Toulouse joue mieux que l'EDF à tous les niveaux. Merci pour ta contribution si rare qu'ailleurs !!

      Supprimer
    2. j'en laisse qq'uns sur l'Equipe....

      Supprimer
  4. Marti confirme les choix de Bru et soutient son technicien au détriment de la santé des joueurs. Je trouve cela bien triste voir pathétique pour Jalibert et Tameifuna sortis en étant en dessous du niveau requis pour une finale. Il y en a un qui a compris c'est Jelonch ! Car il n'aura plus d'autre chance après avoir fait les 2 croisés antérieurs. Il est tant de dénoncer cet amateurisme médical qui perdure depuis trop longtemps et qui efface par la même le travail fait par de vrais médecins ultra-compétents que je connais voir de certains universitaires aussi impliqués. "Pluralitas non est ponenda sine necessitate", concept rationaliste et philosophique du rasoir d'Ockham (ma fille vient de me le souffler car ça fait partie de l'histoire de la Médecine ; me voilà donc moins couillon !), franciscain anglais, qui plaidait pour la simplicité des choses. Einstein disait "Tout doit être le plus simple possible, mais pas plus simple que ça". Il faudra donc revenir aux fondamentaux ! Ce qui n'est pas gagné.

    RépondreSupprimer
  5. Content de lire Olivier Magne qui dit : "On n’aligne pas deux joueurs blessés sans envoyer un message négatif au reste de l’équipe". Une erreur stratégique de la part de Bru qui a eu le soutien de son Président. Ce dernier est à la recherche de poids lourds devant et d'étoffer le banc des remplaçants pour pouvoir faire tourner l'effectif. Là aussi, il est en retard car les bons éléments ont déjà signé dans les autres clubs du top 24. Ça me rappelle Boudjellal achetant le nécessaire plus ultra avec 3 titres européens certes pour ensuite laisser un club en ruine qui a peine à remonter la pente. L'avenir passe par l'école de rugby, par des bases saines et non par des mercenaires qui laissent derrière eux une jachère.

    RépondreSupprimer
  6. En cette période républicaine des plus agitées, La Boétie écrivait un essai (tel est le terme déjà choisi au XVIe) sur "le discours de la servitude volontaire" où il exprimait la chose suivante "Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres." Et si le rugby, puisqu'il s'agit d'un essai, se servait de ce discours pour apporter une réflexion beaucoup plus large que la polarité actuelle opposant ligue et fédération. En tant que président de club et manager général, l'idée ferait sens à cette pensée philosophique. Aujourd'hui les joueurs sont ils satisfaits de leurs sorts au même titre que l'entraîneur ou le manager général ? Être servile ou être libre est ce un conflit, une nécessité ou un axiome ? Cette réflexion se décline suite à l'échec de Bordeaux et à mes écrits. N'avons nous pas atteint les limites de l'absurde, de la bêtise humaine confrontée à l'absolutisme dispendieux de certains ? Sûrement que chacun d'entre nous a une vision qui s'apparente ou non à Étienne et que la transgression sur"le discours de la servitude volontaire" en matière de sport et de rugby en particulier pourrait être le socle d'une pensée libre et affirmée à la conclusion d'un nouvel essai celui de ne plus être servile ou mouton comme cela se passe ailleurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En français du vingt et unième siécle ça donne quoi?

      Supprimer
    2. ce fameux discours a été diffusé par des protestants à partir de 1574/1576 en français, soit 11 ans après la mort d'Etienne.
      En piochant un peu, c'est plus que Révolutionnaire, de quoi risquer largement sa mort à cette période de l'Histoire. Depuis longtemps je me méfie ...

      Supprimer
    3. La Boétie l'a écrit alors qu'il avait 18 ans ... faisant allusion aux Grecs pour ne point soulever de soupçons à son époque

      Supprimer
    4. oui il parait pour le côté révolutionnaire si tu fais allusion au think thank ! Il faut remettre ce discours dans le contexte de l'époque et pour ma part je n'en retiens que le côté philosophique. Un peu d'élévation ne nuit pas au débat surtout en matière de rugby !

      Supprimer
  7. Georges,
    Victor Hugo disait
    "la grande erreur de notre temps, cela a été de pencher, je dis même de courber l'esprit des hommes vers la recherche du bien matériel. Il faut relever l'esprit de l'homme, le tourner vers la conscience, le beau, le juste et le vrai, le désintéressé et le grand.C'est là et seulement là, que vous trouverez la paix de l'homme avec lui-même et par conséquent avec la société."
    C'est là dedans qu'il faut trouver l'esprit et les phrases du discours.

    RépondreSupprimer
  8. Quel plaisir de retrouver des tests matchs sans valeurs ajoutées après une si belle fin de saison du ST ! D'un côté, les Kiwis, avec Scott Robertson nous ont offert du rugby All Blacks avec un Mc Kenzie offensif accompagné du légionnaire Savéa. De nouveaux joueurs, un nouveau style semble t-il, adapté aux nouvelles règles, qui laissent entrevoir des matchs de haute intensité. Néanmoins, Steve Borthwick, ne fût point en reste donnant la réplique à sa juste mesure dans un style bien plus offensif qu'à l'accoutumé. Une fois de pus le rôle du buteur est essentiel et les Blacks ont un besoin impérieux de trouver chaussure à son pied sous peine de cruelles déceptions. Côté austral, l'Opéra de Sydney a balbutié sa partition nous offrant un match de reconstruction avec sepy nouveaux joueurs. A ce jeu, Joe Schmidt est en avance sur Warren Gatland. Des jeunes, du talent offensif à petites doses, un peu plus de rigueur en défense que le Poireau sous la baguette d'un arbitre français Mr Brousset. Neanmoins, le match fut brouillon, indécis, ou la bataille a été gagné par les Kiwis. Ô final, 2 tests matchs synonymes de matchs de galas ou l'on n'apprend rien de rare et ou l'on voit immédiatement les effets bénéfiques de la loi Dupont ! Sous peu, la guerre des hémisphères entre l'Afrique du Sud, championne du Monde en titre et l'Irlande vainqueur du tournoi des VI Nations. Cela va t-il nourrir un attrait à regarder ce match ? Je n'en sais rien car le comte de Monte Cristo m'attend ! De retour pour voir les Gauchos contre une jeune sélection française avec une 3e ligne à zéro sélection ! Serons nous surpris par cette innovation du flamboyant Galthié ? Pour finir, je regardais le tableau complet des transferts club par club en top 14. Quel brassage indécent à mon sens montrant à quel point tous ces clubs sont fragiles et se cherchent dans des solutions plus ou moins convaincantes. Jetez y un oeil sur Rugbyrama ! Place au jeu !

    RépondreSupprimer
  9. Pas de Canal+ pour moi, mais vu le résultat d'Argentine - France: 13-28. Vraiment content pour eux et pour Galthié en particulier.

    RépondreSupprimer
  10. Moi non plus pas vu le match préférant Monte Cristo en famille. Belle surprise avec 7 nouveaux joueurs dont une 3e ligne inédite. La reconstruction est en marche ou pas.

    RépondreSupprimer
  11. Vu Sudafs Irlande ; plaisant quoique brutal . Sinon j'ai enfin pu voir du beau football avec Angleterre-Suisse puis Pays Bas - Turquie . Du foot très engagé et rapide, nos Bleus qui se retrouvent en demie sans avoir rien montré auront du mal mais bon je n'y connais rien .
    Sans oublier le Tour qui tourne bien .

    RépondreSupprimer
  12. Ah! quand les sportifs se mêlent de tout et de rien. Jaminet exit de l'EDF pour propos racistes, affligeant un tel comportement. Les footballeurs, basketteurs professionnels aux USA, fins politiciens, aux trains de vie hallucinants, donnent des leçons aux autres alors même que leurs biens voir leurs fortunes ne sont pas en France. Ces gens là ont des vies dorées, sont loin des contraintes du quotidien de Mr tout le monde. Un peu de pudeur et descente seraient la bienvenue au delà d'être des champions ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout çà est bien triste. Et quand je dis "tout çà", j'y inclus la situation politique et sociale actuelle et, en regard, en effet miroir peut-être, les comportements -à vérifier quand même- de nos jeunes sélectionnés en Argentine. La situation sociale peut s'expliquer par la succession des dirigeants, depuis Sarkozy jusqu'à Macron, assez peu "efficaces" pour simplifier...Celle d'Argentine pourrait-elle imputée à un encadrement peu attentif? Je ne sais pas. Je pense juste à Guy Roux et à son réseau déployé autour d'Auxerre afin de surveiller et de protéger ses joueurs.

      Supprimer
    2. En ce qui concerne l'encadrement je me souviens avoir pas mal râlé lorsque Galthié avait chopé le Covid avant un match du Tournoi en 2021, car il ne respectait pas le protocole (la fameuse" bulle" anti-Covid) une quinzaine de joueurs et membres du staff avaient aussi été infectés . Incapables de respecter leur propre règlement comment pouvaient-ils l'imposer aux jeunes ? J'avais été très critiquée sur l'autre blog alors que je m'exprimais en tant que prof habituée à encadrer des jeunes du même âge à l'étranger et avec un "staff" bien moins important - 3 profs en tout - . Mais on ne les lâchait pas et encore moins pendant les moments dits "libres" .
      Les deux joueurs ont 20 et 21 ans .Je m'étonne qu'après l'incident Jaminet on n'ait pas amplifié la surveillance surtout auprès des plus jeunes . Les circonstances commencent à fuiter dans la presse et c'est abominable . Alors les valeurs hein ...

      Supprimer
  13. Est ce une surprise ou une évidence ? Jaminet dit qu'on lui a volé son portable bien entendu. Les 2 jeunes tombent de l'armoire et nient tout. Bon rien de plus humain quand on a fait une connerie que de dire"ce n'est pas moi, c'est l'autre". Donc attitude enfantine, immature, de jeunes perdus dans l'océan de la décadence. Nenni. Jegou contrôlé positif à la dernière coupe du monde des U 20 à la cocaïne, drogue festive mais pas que. Tant que rien de plus ne sera fait dans les contrôles au sein des clubs, de la LNR et de la FFR, l'addiction sociétale règnera en maître. Tout le monde connaît les vertus de cette drogue. Sinon, pour mémoire, Houptakin (violences conjugales), Haouas (attaque à mains armées d'un bureau de poste et violences conjugales), Chalureau (violences sur fond de racisme), pire, dans le collimateur de la justice, 3 grenoblois depuis 2017 attendent d'être jugés par la cour d'assises de Bordeaux pour viol en réunion avec 2 autres qui ont regardé les bras croisés, Cécilion a tué sa femme par addiction à l'alcool, Ougier a tué un motard avec délit de fuite (2 ans avec sursis, le Batonnier Bouscatel) au moment des festivités du ST champion de France. Combien de jeunes amateurs morts en voiture sous l'emprise de l'alcool et ou de stupéfiants. Et oui l'encadrement ne gère rien car il n'a la main sur rien trop occupé par son nombril. Les fléaux sociétaux et les réseaux sociaux ont raison de l'éthique, des valeurs que voudraient transmettre le rugby et cela commence dès l'adolescence. Que font nos dirigeants, nos commissions médicales, nos ministères concernés pour apporter du soutien, des propositions et des réformes à cette jeunesse commise à la décadence ? Peine perdu devant une société exsangue de moralité, de devoir, d'exemplarité, de travail, de droiture, etc. ou l'Amour de son prochain n'a plus sa place. Tout le monde a oublié Bastareaud rossé par des travelots ou transexuels pour n'avoir pas voulu payer son dû. Souvenez vous Aaron Smith dans les toilettes de l'aéroport ou plus récemment Stuart Hogg avec sa femme ... Où de Vunipola aux Baléares futur montpelliérien... La perversion est à son comble et le rugby français continue à être leader des faits divers. Des solutions ? Oui dans un prochain post probablement, laissons murir le fruit ...

    RépondreSupprimer
  14. Pour l'instant, j'y monte, sur mon vélo; pour un petit tour apéritif. Tu m'amuses, Tautor: au bon sens du terme. Toujours un peu excessif et prêt à t'enflammer. Dans un sens comme dans l'autre. Parfois dithyrambique, comme sur ce dernier texte, parfois d'un pessimisme profond comme dans le précédent! Serais-tu légèrement "bipolaire" comme on dit aujourd'hui? Mais c'est bien: garde cet enthousiasme adolescent et communicatif. Pour ce qui est des tournées, je viens de relire quelques pages de la première des Français (celle de 58 en AFS), par Denis Lalanne et ce n'était pas piqué des vers. Pourtant avec des encadrants sérieux comme Marcel Laurent et, surtout, Serge Saulnier. La presse sud-africaine parlait de "l'ignoble Roques", par exemple. Il n'y avait pas les "réseaux sociaux", mais la presse à scandale, dite de caniveau, était, elle, bien présente et suffisante. Archétype des tournées, cette première en contient tous les éléments que l'on peut retrouver aujourd'hui dans celle d'Argentine et Uruguay. Et cela porte à réflexion.

    RépondreSupprimer
  15. Le XV impérial avec la rentrée pour les 20 dernières minutes de Posolo Tuilagi dévastateur, impact player, marqueur. On aimerait qu'ils soient tous comme lui ... Sinon quel contraste entre les deux 1/2 finales de l'Euro ! Les français au dessous de toute espérance, d'une pauvreté technique, de l'abscence d'un collectif soudé, d'une envie de gagner qui fait peur et d'un capitaine M'Bappé absent linéairement de cette compétition. Le Réal ça va être dur pour lui ... La Roja a montré un autre visage celui d'un gagnant, celui d'un battant, celui d'un finaliste. Ce jeune de 16 ans, Lamine Yamal, une merveille de technicité, de limpidité dans le jeu et déjà un pied magique. Seul Pelé a 16 ans faisait comme lui. Et hier soir, des anglais au top malgré un début de rencontre hésitant, 3 buts, du suspens, un public euphorique, tout pour rêver. Le rugby est encore loin de cette liesse populaire que j'ai pue apprecier en 1998 pour la coupe du Monde à Toulouse que j'ai médicalisée ! Au rugby, les gens sont plus réservés, avec plus de retenue, exceptés quelques pays. Un style est différent mais tout autant plaisant ! Bon Angleterre Espagne en finale, la Liga contre la Premier League, le remake de Manchester City Réal ! Lulu Castagnette ton pronostic ? Une pièce sur Yamal. Le TDF arrive par chez nous sous la chaleur ébouriffante ! 2 étapes de montagne, des classiques rien de plus. La 1ère avec le Tourmalet et l'arrivée au Plat d'Adet 150 km bien trop peu , la 2e, presque 200 km avec le Peyresourde, le Menté, le Porte d'Aspet, le col d'Agnès et la montée vers Beille pour un 14 juillet. La météo sera de la partie avec chute des T° et de la pluie ! Des surprises, à mon avis, non tout se jouera dans les derniers km. Je me souviens de grandes chevauchées pyrénéennes, celle de Merckx, Poulidor, Labourdette équipier d'Ocana, Virenque, Bardet, Pinot, etc. Un livre, celui de Christian Laborde "le Tour de France dans les Pyrénées, de 1910 à Amstrong". Surement qu'André va descendre de son vélo pour nous conter sa passion. En attendant "Fa calou" !

    RépondreSupprimer
  16. Ce sont mes deux équipes préférées qui se retrouvent en finale de l'Euro ; je n'ai aucun favori et alea jacta est !
    Pour l'encadrement au rugby, je viens de suivre une série docu sur le handball français . Juste hommage à Daniel Costantini qui dut dompter les célèbres Barjots ! De 450 heures d'entraînement par an il les fit passer à 900 heures ! Leur hygiène de vie c'était bière dès 8h le matin et clopes à toute heure ; déconnade à l'entraînement et même en compétition . Lors des JO d'Atlanta ils mirent à poil deux bizuths avec juste une cravate , un suspensoir et un chapeau et les firent défiler en ville . Manque de pot Clinton était en ville et le FBI n'apprécia pas du tout leurs gamineries, ils furent coffrés, l'Ambassade de France dut s'en mêler . Bon ... Pas mort d'homme mais Costantini homme très austère en était malade . Il explique qu'il ne les approuva jamais, n'alla jamais boire un café avec eux et limitait ses interactions aux tactiques et gestion de la préparation physique . Plus de 40 ans plus tard ses joueurs racontent pourtant la peur qu'ils en avaient ! Onesta plus bonhomme voire complice était leur pote, trop sans doute et il partit avant que ça ne pète vraiment . Mais curieusement les joueurs n'en parlent pas, ou peu . Seul Costantini les a marqués .
    Tout ça pour dire que la notion d'encadrement est large ( Costantini et Onesta étaient 2 profs d'EPS ) Que les pires gamins sont parfaits en déplacement et que ceux qu'on ne soupçonne pas peuvent être des poisons . Donc serrer la vis !
    J'écris cela suite aux révélations du personnel des boîtes de nuit et des hôtels argentins où les jeunes rugbymen français sont passés ; ivres morts pour la plupart . Et il faudrait s'en satisfaire sous prétexte de la sacro sainte 3e mi temps . Au moins ne pas cautionner ça serait déjà pas mal . D'autant que les méfaits allant jusqu'au viol si c'est avéré, on est au delà de la grosse blague .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te rejoins entièrement sur ce propos qui soulève un problème de fond jamais les addictions dopage compris pouvant expliquer les contre performances d'une part, les blessures à répétition Agen a mis 8 ans pour se séparer de Caucaunibuca qui arrivait bourrer aux entraienements, qui a plié 3 Range Rover haut de gamme payés par le club, qui partait chez l'adversaire en oubliant femme et enfants et pour autant il était adulé, mùeme par moi et tous ses caprices étaient gommés et les gens en riaient car c'était le sujet de conversation. Au ST, en 2 saisons, Novès l'a vissé puis a laché car trop addictif. Un russe à Montauban était de ceux là et tant d'autres que je retrouvais en ville aux bars ou en boites à Toulouse que les taxis avaient du mal à ramener chez eux !!! Tout ceci, anecdoctes croustillantes parfois, pour dire que l'addiction commence avec le rituel des bières à la 3e mi-àtemps mais aussi très tôt le cannabis et un peu plus tard la cocaine, le GHB et les mélanges explosifs au protoxyde d'azote et avec les cartouches utilisées pour faire de la chantilly !!

      Supprimer
  17. Mendoza, au pied de l'Aconcagua et la cordillère des Andes, "Ciudad de la Rioja", reconstruite par Ballofet au XIXe après un séisme, a son histoire, les Incas, son vécu, ses traditions, et le rugby. La voilà au centre d'une affaire de moeurs qui secoue le rugby français et ses traditions. On peut dire que c'est le 14 juillet avant l'heure. pendant que l'intendance se restaure autour d'une bonne table, les loupiaux font les bars avec Jaminet à s'alcooliser plus que de raison selon la serveuse du bar au point que Jegou s'entaille la lèvre sur un verre brisé. La suite, une relation soi disante consentie mutuellement qui finit mal. Attendons les confrontations .... Cette tournée d'été est un naufrage au delà du résultat du terrain qui sera le point de départ, je l'espère, d'une remise en cause de tout le monde. Il est tant d'ouvrir les yeux et de se poser la ou les questions sur ses tournées, sorte de bonus récréatif pour les bons élèves du top 14. L 'alccol, la cocaïne, et autre substances sont un fléau permissif sociétal dans lequel les jeunes s'engouffre au même titre que les réseaux sociaux à l'origine d'une aphasie de la pensée et d'une pauvreté du Soi indéniable. Ce n'est pas l'Assemblée Nationale mais presque ! L'avocat argentin des joueurs français n'est autre que le frère du ministre de l'Intérieur et la victime est la fille et la soeur d'une grande famille d'avocats. Les garçons quelque part ont fait une mauvaise pioche. Le souci est qu'il existe une concordance entre la déposition de la plaignatee et les conclusions médico légales cequi n'arrange rien. Grill souhaiterait que la justice aille vite ! On le comprend, il a une élection dans quelques mois ... malheureusement cela risque de durer. Bref, qui du 2e test match à venir demain sans saveur ni odeur. Que faudrat-il en retenir même si on gagne ? Nous allons subir l'hostilité contenue ou pas du public, de la presse argentine et des commentaires de la France entière. J'ai le sentiment que nous touchons le fond du seau ou des sots et que la reconstruction va être longue, difficile avec peu de certitudes au final.

    RépondreSupprimer
  18. Bon, d'accord. Mais la faute à qui? S'il faut chercher des responsables, bien sûr...Je pencherais plutôt vers une explication globale: à la fois individuelle, éducative et sociétale. Rajouter l'apport de la technologie? Peut-être.

    RépondreSupprimer
  19. Quel est ton point de vue détaillé ? Roglic abandonne ...

    RépondreSupprimer